Centrale à charbon : Les autorités Ivoiriennes appelées à s’inspirer de l’expérience sénégalaise

Article : Centrale à charbon : Les autorités Ivoiriennes appelées à s’inspirer de l’expérience sénégalaise
Étiquettes
21 février 2020

Centrale à charbon : Les autorités Ivoiriennes appelées à s’inspirer de l’expérience sénégalaise

Les communautés de San Pedro inquiétées par le projet de centrale à charbon dans leur localité, demandent à l’Etat Ivoirien de sursoir à la construction de cet établissement accélérateur du réchauffement climatique, á l’issue de leur visite d’échanges effectuée au Sénégal. Après quelques journées de partage sur les techniques de plaidoyer et de lutte qui ont abouti aujourd’hui, à l’arrêt officieux de la centrale à charbon de Bargny, les militants écologiques ivoiriens invitent leurs autorités à s’inspirer de leurs homologues sénégalais qui ont décidé d’arrêter la centrale à charbon de Bargny dont l’implantation a toujours été rejetée par les populations locales. 

A travers une conférence de presse conjointe, les communautés affectées par les centrales à charbon de San Pedro et de Bargny, ont fait une déclaration commune pour inviter la communauté nationale et internationale à se mobiliser contre ces projets nuisibles pour les populations.

« Le 29 Décembre 2016, le gouvernement ivoirien a annoncé, à l’issue d’un conseil des ministres, la construction d’une centrale à charbon d’une capacité de 700 mégawatts (Mw) à San Pedro (Sud Ouest) dans le but d’accroître la production de l’électricité en Côte d’Ivoire », lit-on sur le document remis aux journalistes.

Il mentionne également que les communautés riveraines de San Pedro vivent dans une inquiétude totale depuis l’annonce de ce type de projet qui a rendu célèbre la commune de Bargny, devenue un terrain d’apprentissage pour toute communauté affectée par l’implantation d’un projet fossile.

Avec l’aide de la société civile réunie au sein de la plateforme Afrika Vuka Code d’Ivoire, ces communautés autochtones anticipent la lutte pour ne pas subir dans un futur proche les effets néfastes des centrales à charbon, notamment les rejets de fumée dans l’air, des rejets des déchets qui vont polluer les eaux et engendrer des maladies respiratoires, de peau, des cancers etc.

Pour avoirs de meilleurs outils pouvant permettre de réclamer une justice climatique, les communautés de San Pédro ayant appris qu’un projet similaire se déroulait au Sénégal, ont fait une immersion à l’école de la lutte des communautés de Bargny (Sénégal) grâce à l’appui de plusieurs partenaires comme LSD (Lumière Synergie pour le développement), GRAIN, RAPEN etc…

Conférence de presse

Partagez

Commentaires