Ndogou’Tiba: L’urgence climatique réunit les leaders d’association de Pikine Guinaw Rail

00Occupant une place importante dans la stratégie de mobilisation du Collectif Alternatiba Dakar, les rencontres mensuelles décentralisées, commencent à susciter l’intérêt des populations. Tenu au courant du mois de ramadan dans les locaux de la radio Rail Bi FM, le troisième Ndadje’Tiba transformé en Ndogou’Tiba a permis aux leaders associatifs de la banlieue dakaroise de mieux comprendre l’urgence climatique.

«Le concept Alternatiba est né en Europe mais nous en avons plus besoin, ici en Afrique. Nous ne polluons presque pas, mais nous sommes les principales victimes du dérèglement climatique.» a rappelé Abdoul du Collectif qui est largement revenu sur les objectifs d’Alternatiba Dakar qui compte organiser un village des Alternatives du 01 au 02 octobre 2016 au Sénégal.

«Nous avons une part de responsabilité. Il y’a des multinationaux qui dégradent nos plages et autres mais la main de l’homme n’est  pas à écarter. La population doit être  bien préparée par rapport aux changements climatiques. Nous préférons voir des supports de communication faites par nous et pour nous. Pour le moment le dérèglement climatique est quelque chose d’abstrait pour moi. J’ai vraiment envie de comprendre les conséquences des changements climatiques dans nos localités et je ne suis pas seul à être dans cette situation. Dans la mesure du possible, essayez de nous proposer des supports de communication dans toutes les langues locales» a suggéré un participant à la fin de cette rencontre, que certains leaders associatifs veulent démultiplier dans les coins les plus reculés de la banlieue afin de mieux sensibiliser les populations.

«Il n y a presque aucun arbre à Guinaw Rail. Avec l’autoroute à péage, nos arbres sont remplacés par la pollution sonore. Les populations qui habitent à coté de ce projet sont dérangées 24 heures sur 24. Et ceci, sans mesure ni alternative pour nous épargner de cette pollution. L’état devait au moins nous préparer, mais rien n’est fait malgré nos interpellations à l’endroit de l’Apix.» fustige Abdou Aziz Dieng de l’association des handicapés qui prépare une grande journée de reboisement dans la banlieue.

The following two tabs change content below.