Pêcheurs artisans de Bargny : entre froid et injustice

Malgré le froid et le vent, les pêcheurs mènent toujours leurs activités. Avec la rareté du produit, certains d’entre eux n’hésitent pas à braver les dures conditions météorologiques pour aller au- delà des eaux sénégalaises.

Cette rareté du produit, n’épargne pas les pêcheurs de Bargny, une contrée lébou située à l’entrée de Dakar. « Dès l’instant qu’on entend qu’il y a du poisson à St-Louis ou à Joal, on quitte Bargny. Ce qui nous intéresse, c’est de remplir nos pirogues de poisson. S’il le faut, nous irons jusqu’en Mauritanie pour avoir du produit » martèle Mamadou Diagne Diop, un jeune pêcheur habitant la commune de Bargny.

Ces voyages communément appelés campagnes permettent aux pécheurs de faire des économies. « Lorsqu’on est loin de nos parents, on peut mieux faire des économies » laisse entendre ce petit lébou trouvé à la plage de Bargny Guedj, au quartier Gouye Dioulancar situé au bord de la mer. Mais ces pêcheurs qui vont en campagne pour réaliser des économies sont souvent victimes de l’injustice de certains propriétaires de pirogue.

Mamadou Diagne indexe son capitaine qui a agi de la sorte « après trois mois de campagne, le capitaine nous a donné que 25 000 F CFA, une somme vraiment dérisoire par rapport au travail que nous avons fourni ». Malgré le froid et le vent, les pêcheurs qui mènent toujours leur activité demandent aux propriétaires de pirogues d’être un peu plus souples avec eux et surtout plus justes et plus humains.

 

 

The following two tabs change content below.